[CRITIQUE] X-Men Origins: Wolverine (2009)

Résumé : Un regard sur la vie de Wolverine, en particulier sur son temps passé avec l’escouade gouvernementale Team X et sur l’impact que cela aura sur sa vie future.

Critique : 

Lorsque la trilogie originale des X-Men créée par Bryan Singer fut terminée, les producteurs de la société Fox étaient conscients de la popularité de la franchise qu’ils laissaient derrière eux! Ainsi donc, ils ont choisi non seulement la voie du spin-off, mais également du prequel sous le nom de X-Men Origins. Pendant que le spin-off sur Magneto (On en reparlera plus tard!) était en chantier, nos producteurs ont choisi d’investir tout d’abord sur sa mascotte grandissante : Wolverine. À peine trois ans après le dernier chapitre de Brett Ratner, on offre donc un retour en arrière sur le passé trouble de Wolverine. Est-ce que d’investir totalement sur Wolverine était une idée géniale ou très mauvaise ?

X-Men Origins : Wolverine posterBien avant qu’il soit un ermite parcourant les endroits et qu’il soit recueilli par Charles Xavier, James « Logan/Wolverine » Howlett était un jeune enfant d’une famille riche, en 1845, une famille qui fut tuée. Par la suite, James et son frère, Victor Creed/Sabretooth, furent des ermites immortels, cherchant à être utiles dans des guerres multiples, passant à-travers les décennies. Après avoir été capturés, les deux frères seront mis sous la tutelle de William Stryker, un homme en apparence bienveillant. Après une divergence d’opinion entre Stryker/Victor et James, celui-ci décide de partir vers le Canada. Malheureusement pour lui, un jour, Victor décide de tuer tous les anciens membres de l’équipe, mais également la récente femme de Wolverine, Kayla. Fou de rage, James décidera d’accepter l’offre de Stryker, devenir totalement en adamantium pour tuer Victor une bonne fois pour toute!

Je dois l’avouer d’avance, j’ai beau apprécier Hugh Jackman, je n’ai jamais été un fan de Wolverine. Bien au contraire! Sous ses airs de personnage torturé, sarcastique et « je me fous de tout », se cache tout simplement un personnage vide! Pour autant, j’avais bien hâte de voir à l’époque de sa sortie cinéma, ce que serait en mesure de faire Gavin Hood et ses deux scénaristes. Il faut l’avouer, dès le début, David Benioff et Skip Woods réussissent à vendre du rêve avec la séquence de l’enfance de Wolverine et avec le générique montrant les guerres auxquelles participent Wolverine et Sabretooh. Malheureusement, c’était bien du rêve puisque après cette splendide introduction, on tombe dans un The Expendables avec mutants mal assumé…

Tout d’abord, on tombe facilement dans les clichés les plus amers du genre avec la divergence d’opinions qui mènera à une réconciliation, la mort de la femme du héros, la vengeance et, puis, finalement, la trahison! On dirait que David Benioff et Skip Woods ont simplement repris l’archétype même du long-métrage d’action et ses clichés, mais sans pour autant avoir l’entrain qui va avec! X-Men Origins : Wolverine est donc un spin-off/prequel extrêmement maladroit, sans subtilité et semble à chaque instant vouloir faire ce que bon lui semble! Parce que, on va l’avouer, ce prequel n’offre aucune logique à la mythologie des deux premiers X-Men de Bryan Singer, tout comme en se permettant à peu-près n’importe quoi sur les origines de son mutant principal.

En fait, que ce soit sur la façon dont Wolverine obtient ses griffes, de sa manière de s’échapper du bâtiment ou les apparitions de mutants qui arriveront plus tard dans la saga, l’ensemble ne fonctionne pas du tout! Puis, dans le délire, pourquoi ne pas ajouter Scott Summers adolescent, Charles Xavier déjà vieux (Oui, il aurait 100 ans dans le premier X-Men!!) et Stryker qui l’est tout autant. En fait, autant sur ses intentions que sur son produit fini, X-Men Origins : Wolverine n’est jamais clair sur le côté « Je suis un prequel » ou « Je suis un spin-off qui réinvente ». Ce qui donne donc sans cesse un balancement désagréable entre les deux et il n’en reste qu’un produit indigeste!

Parce que, on va s’entendre, X-Men Origins : Wolverine n’a pas comme seul problème d’avoir un scénario et une timeline médiocre, ce qui l’amène à être aussi mauvais sont ses choix artistiques et son équipe l’entourant. Tout d’abord, puisque voulant simplement être un divertissement maladroit, Gavin Hood semble se sentir dans l’obligation d’offrir des scènes d’action explosives, des moments beaucoup trop « over-the-top » et une narration aussi subtile qu’un éléphant rose dans un magasin de porcelaine! En fait, Gavin Hood ne réalise pas mal, il offre une réalisation à la limite du médiocre! Ce serait enlever du crédit à Nicholas De Toth et Megan Gill qui offrent un montage catastrophique et qui semble inadéquat à chaque instant.

Ce serait aussi sous-estimé l’incompétence des scénaristes qui dénaturent de beaucoup, plusieurs personnages mythiques des X-Men. Tout d’abord, vous avez Gambit qui a tellement peu de ressemblances et d’intérêt face au vrai personnage du comic. Même Sabretooth possède une personnalité changée et inadéquate qui ne correspond même pas à celle du film de 2000, X-Men. Le clou est malheureusement mis dans le cercueil avec Deadpool qui est probablement la chose que les critiques détestent le plus de ce prequel! C’est impensable à quel point on a détruit Deadpool.

Pour autant, la plus grosse insulte de ce long-métrage, c’est sans contredit les effets spéciaux! C’est impensable à quel point les griffes de Wolverine dans ce prequel sont ratées, visuellement dégeulasses et au manque de réalisme flagrant, une chose que même le X-Men des années 2000 avait réussit! La fameuse scène de la salle de bain est indigeste rare. Pour autant, je crois qu’on a tout manqué à ce niveau, que ce soit le rayon laser des yeux de Deadpool, l’invisibilité de John Wrath ou les griffes de Sabretooth, c’est un ratage! J’ai également une mention déshonorable à faire à la séquence où Wolverine saute vers un hélicoptère. C’est ridicule…

Dans toute cette merde indigeste, il faut avouer que X-Men Origins : Wolverine offre quand même quelques bons points. Tout d’abord, la direction photo de Donald McAlpine est très jolie, offre un côté professionnel et des couleurs intéressantes. Je donnerais également une mention à Harry Gregson-Williams qui offre des compositions musicales excellentes qui se rapprochent d’ailleurs de celles de John Powell pour X-Men : The Last Stand.

Bien que la distribution soit la plus mauvaise de la saga X-Men, il y a quelques bons acteurs! Tout d’abord, dans un bon film ou mauvais film, Hugh Jackman offre une performance excellente et qui surpasse la moyenne. Même si j’aimais bien Brian Cox dans X2, je dois avouer que Danny Huston est bien meilleur et charismatique dans le rôle de Stryker. Même chose pour Liev Schreiber (La trilogie Scream) qui surpasse sans misère le médiocre Tyler Mane dans le premier volet. J’ai aussi beaucoup aimé Lynn Collins. Pour autant, je dois l’avouer, il y a plus de mauvais que de bon! Les pires candidats demeurent Will.I.AM, Kevin Durand (Legion, I Am Number Four), Dominic Monaghan (The Day), Taylor Kitsh et Daniel Henney. Même s’il offre un personnage minable, je ne déteste pas totalement Ryan Reynolds (Green Lantern).

Déjà lors de ma seconde écoute en DVD, je détestais affreusement X-Men Origins : Wolverine. C’est un long-métrage cabotin, maladroit et aux intentions qui le sont tout autant! J’ai beau avoir quelques bons points, il clair qu’avec ce spin-off/prequel, nous sommes sans contredits dans les pires moments de toute la saga confondue. Bien que je ne déteste pas Wolverine, je ne pense pas qu’un spin-off était une idée si intéressante, surtout si les scénaristes ne prennent même pas le temps de rendre cela cohérent avec la mythologie de Bryan Singer. Tant pis au final, cela démontre que les X-Men sont meilleurs en groupe qu’en solo!

Note : 1 / 5

En résumé : Bien que certains vont adorer probablement ce spin-off/prequel, X-Men Origins: Wolverine manque cruellement de logistique avec les chapitres de la trilogie originale et possède des maladresses assez discutables. Il serait probablement préférable de choisir une meilleure alternative, peut-être même X2 pour savoir les origines du héros!


Réalisation : Gavin Hood

Scénario : David Benioff, Skip Woods

Avec : Hugh Jackman, Liev Schreiber, Danny Huston, Will.i.am, Lynn Collins, Kevin Durand, Dominic Monaghan, Taylor Kitsch, Daniel Henney, Ryan Reynolds

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s